Arthrose cervicale

Pourquoi faire appel à un kinésithérapeute pour soigner les épaules ?

L’épaule est l’articulation la plus complexe de l’anatomie humaine, celle qui dispose de la plus grande amplitude de mouvement, mais aussi une zone particulièrement sensible aux différentes blessures. Pour celles et ceux qui pratiquent un sport, surtout les lanceurs (javelot, poids, marteau, disque), prendre soin de ses épaules est essentielle, et faire appel à un kinésithérapeute est hautement recommandé.

Anatomie de l’épaule

L’épaule est formée par l’union de trois os : l’humérus, l’omoplate et la clavicule. Elle se compose de deux articulations : l’articulation gléno-humérale et l’articulation acromio-claviculaire. Dans le contenu qui suit, nous allons nous concentrer sur l’articulation gléno-humérale. 

L’articulation gléno-humérale est une articulation à rotule formée par l’articulation de la tête arrondie de l’humérus et la dépression en forme de coupe de l’omoplate appelée fosse. Cette fosse est peu profonde et nécessite le soutien des muscles, du cartilage et des ligaments pour être renforcée. Les deux principaux contributeurs à la stabilité de l’épaule sont la coiffe des rotateurs et le labrum.

La coiffe des rotateurs et le labrum

La coiffe des rotateurs est composée de quatre muscles qui prennent naissance sur l’omoplate et s’insèrent sur l’humérus. Leur fonction principale est la stabilité de l’articulation gléno-humérale mais aussi l’élévation et la rotation de l’épaule. Le labrum est un anneau de cartilage entourant la fosse et se prolongeant sur l’humérus. Il augmente la stabilité tout en permettant la flexibilité de l’articulation et constitue également un site d’attache pour les tendons et les ligaments. 

Malheureusement, la coiffe des rotateurs et le labrum sont à risque pour le lanceur ou l’athlète en général.

Les recherches ont montré qu’une amplitude de mouvement limitée en flexion et rotation externe de l’épaule et des déficits de force, peut avoir un impact, en particulier dans la coiffe des rotateurs, le biceps et les trapèzes inférieurs.

Les kinés passent à l’action

Les kinésithérapeutes sont spécialisés dans l’évaluation des dysfonctionnements du mouvement, le diagnostic des facteurs de risque potentiels chez les athlètes et la prescription de programmes d’entraînement personnel appropriés pour diminuer la douleur et le risque de blessure. Une première consultation consiste à évaluer l’ensemble du corps de l’athlète : amplitude de mouvement, force/stabilité, équilibre, mécanique corporelle et posture. Les kinés éduqueront l’athlète sur tous les facteurs de risque potentiels et composeront un programme d’exercices personnalisé pour diminuer les risques et améliorer les performances.

Quel traitement adapté ?

Après une évaluation adéquate, le kinésithérapeute déterminera les traitements appropriés pour l’athlète, comme les massages, les étirements, les ventouses, et plus encore. En plus des traitements pratiques, l’athlète se verra attribuer un régime d’exercices personnalisé afin de maintenir la mobilité et la force de son épaule.

Un programme d’exercices et de rééducation bien équilibré pour l’épaule intègre à la fois des exercices de renforcement et de stabilité. Cette combinaison unique d’exercices sera la plus bénéfique pour l’athlète en lui permettant d’utiliser sa force nouvellement améliorée.

Il est important de comprendre et de distinguer les symptômes courants du surentraînement, qui comprennent des courbatures durant plus de trois jours, et une douleur aiguë persistante à l’avant de l’épaule ainsi que des réductions de la force ou de l’amplitude des mouvements. Les docteurs en physiothérapie qualifiés et les autres praticiens du sport sont les mieux placés pour aider à minimiser le surentraînement chez les athlètes tout en fournissant les programmes d’entraînement les plus efficaces possibles. 

Quitter la version mobile