Arthrose cervicale

Les genoux doivent être alignés pendant les exercices pour éviter la chondromalacie.

Le genou est la plus grande articulation du corps humain et l’une des plus sensibles en raison de son anatomie et parce qu’il supporte une grande partie du poids de votre corps. Les problèmes dans la région sont fréquents, surtout pour ceux qui pratiquent des activités physiques à fort impact comme le football, le tennis, le jiu-jitsu, la gymnastique olympique, le saut, les courses de longue durée, etc. Des facteurs tels que le surpoids, la sédentarité et de petites variations de l’alignement, comme le varus (rotule tournée vers l’extérieur) ou le valgus (rotule tournée vers l’intérieur), contribuent également à l’apparition de problèmes.

La chondromalacie rotulienne (syndrome de douleur fémoro-patellaire) est l’une des plaintes les plus fréquentes dans les cabinets d’orthopédistes. Selon l’orthopédiste Flávia de Santis Prada, de l’hôpital Sírio Libanês, lorsque vous pliez ou étirez le genou, la rotule (ou patella) glisse dans un mouvement harmonique de haut en bas dans une rainure appelée trochlée. La surface où se produit ce glissement est recouverte de cartilage, et lorsque le mouvement ne se produit pas de manière appropriée (en raison d’un exercice excessif, d’un surpoids ou de problèmes structurels, tels que des genoux mal alignés), ce cartilage peut s’affaiblir et subir de petites érosions au fil du temps. C’est alors que s’installe la chondromalacie, qui peut provoquer des fissures, des craquements et des douleurs. « Le patient peut commencer à ressentir une gêne en descendant les escaliers, en s’accroupissant et en se levant après être resté longtemps assis. Mais ces épisodiomes ne sont pas toujours accompagnés de douleurs », explique Prada.

Attention à la salle de sport.

Selon l’orthopédiste, un certain degré de dégénérescence du cartilage est inévitable avec l’âge, mais certains comportements peuvent accélérer et intensifier cette usure. L’une des principales causes de ce problème est la mauvaise façon de faire les exercices à la salle de sport, en particulier lors d’activités impliquant la flexion des jambes.

Actuellement, il y a une recherche esthétique pour un quadriceps extrêmement fort, comme celui du modèle de fitness Gracyanne Barbosa. Il est courant de voir des individus soulever plus de 100 kilos en presse à jambes (cet équipement dans lequel la personne assise pousse le poids en fléchissant et en étirant les jambes) ou faire d’innombrables squats. C’est interdit ? Non. Mais il faut être prudent, surtout si la personne présente une déviation de l’axe (genoux en dedans ou en dehors).

Un autre exercice qui a un impact particulier sur cette articulation est le squat. Pendant le squat, il est important de s’assurer que vos genoux sont alignés. En général, lorsqu’ils sont accroupis, ils doivent  » regarder vers l’avant « . Si elles se tournent vers l’extérieur ou l’intérieur, des problèmes tels que la chondromalacie peuvent apparaître avec le temps. Soyez conscient de la façon dont votre corps réagit aux stimuli et consultez un éducateur physique. Lorsque le genou tourne vers l’intérieur lors d’un accroupissement, par exemple, cela peut être le signe d’un déséquilibre des muscles de la hanche, des fessiers et des cuisses. À partir de là, vous pouvez renforcer ces régions pour faire de l’exercice sans vous blesser.

L’idéal pour ceux qui ont des déviations du genou est de faire des exercices en isométrie (sans mouvement articulaire, comme la planche). En outre, il est très important d’équilibrer les groupes de muscles exercés (membres supérieurs et inférieurs) afin de ne pas provoquer de désalignement du corps », renforce Prada.

Le traitement de la chondromalacie rotulienne passe par la physiothérapie.

Il est important d’être vigilant, car une fois que le cartilage est lésé, des enzymes inflammatoires sont libérées qui peuvent éroder les articulations et les structures locales dans leur ensemble, et il y a un risque que le problème se transforme en arthrose.

La bonne nouvelle est qu’il existe des traitements pour chaque phase de la dégénérescence. « Si la personne pratique fréquemment une activité sportive, il est nécessaire de l’interrompre pendant une courte période, surtout dans la phase initiale. Mais au gymnase, avec l’aide d’un professionnel de l’éducation physique, il peut faire de petites activités de renforcement, comme marcher sur le tapis roulant et utiliser l’elliptique, en plus de la natation et de nombreux étirements. »

La glace, les analgésiques et les anti-inflammatoires peuvent être utilisés pour soulager les symptômes, surtout dans les phases aiguës, lorsque le genou est gonflé et que le patient ressent une douleur et une sensation de brûlure.

La genouillère (modèle sans le trou à l’avant) est un adjuvant important encore dans la phase initiale. Il contribue à la bonne adaptation de la rotule sur le fémur, favorisant une meilleure répartition de la charge et, par conséquent, réduisant la douleur et l’usure.

Le spécialiste explique également qu’il est important, dans la phase initiale, de ne pas garder le genou fléchi trop longtemps. Au travail, il est important de se lever toutes les heures pour marcher sur de courtes distances, de faire beaucoup d’étirements et de laisser la jambe étendue chaque fois que possible.

Après ces soins, les exercices de rééducation avec physiothérapie constituent une partie fondamentale du traitement, car ils servent à renforcer le quadriceps (muscle de la cuisse) et à améliorer la stabilité du genou. Cette étape fonctionne comme une sorte de « protection du cartilage » et peut ralentir, voire empêcher, la progression de la maladie. Dans certains cas, il est également suggéré que la personne perde du poids afin de réduire l’effort requis par la région.

Si la douleur persiste, en plus de la thérapie physique, une rééducation peut être indiquée : infiltration d’acide hyaluronique pour améliorer la lubrification de la zone. Son application permet de « renforcer » la couche de cet acide qui recouvre naturellement le cartilage de la rotule.

Lorsque le traitement conservateur n’est pas efficace, une intervention chirurgicale est pratiquée, généralement par arthroscopie, une méthode peu invasive. Dans cette intervention, des fragments de cartilage endommagé et d’autres débris sont retirés du genou pour favoriser une sorte de nettoyage de l’articulation. En fonction de chaque cas, d’autres procédures peuvent être effectuées dans le cadre de la même intervention chirurgicale afin d’obtenir une plus grande efficacité.

Quitter la version mobile